Les 10 Erreurs à ne Pas Commettre Avant de Débuter vos Travaux de Peinture

Vous commencez un projet de peinture et souhaitez peindre un mur, un plancher, un plafond vous-même? Suivez nos conseils pour éviter de tomber dans les pièges les plus courants et gâtez la décoration de vos pièces … Choix et quantité de peinture, roulement, préparation du stand et du site pour bien peindre.

Si vous devez peindre votre intérieur, rafraîchir votre décoration sans se ruiner, alors faites attention à trop de précipitation. Pour vouloir peindre trop vite, vous risquez de faire des bêtises et de vous repentir! C’est pourquoi nous avons souligné les 10 erreurs à éviter afin que votre site de peinture murale ou plancher ne se transforme pas en cauchemar …

 

Piège n ° 1: Protection insuffisante des lieux

Un pot de peinture déversé sur le tapis ou le parquet, un meuble teinté par un éclaboussement, est très compliqué à nettoyer. Par conséquent, avant d’aller au stade de la peinture, c’est une règle à respecter de manière impérative: protéger votre pièce, éviter les dommages matériels ou même corporels …

Voici les secrets d’un site impeccable:

Videz la pièce au maximum, idéalement pour pouvoir travailler dans un espace complètement vide. Si cela n’est pas possible, placez les meubles dans le centre de la pièce et protégez-les avec une bâche plastique ou des vieux draps pliées en deux.

Retirez tout ce qui peut provoquer des éclaboussures de peinture, comme des tapis ou des rideaux.

Retirez les étagères, vis, tiges et autres poignées de porte qui pourraient entraver l’application de la peinture.

Retirez les prises électriques et les commutateurs afin qu’ils puissent être peints sans chevauchement. Protégez le sol avec une grande bache en plastique, qui sera fixé au sol avec du double face.

Assurez-vous d’avoir des vieux vêtements confortables qui ne vous dérangent pas, et un chapeau ou un bandana pour protéger vos cheveux.

Utilisez un masque, des gants en latex et éventuellement des lunettes de sécurité si vous peignez avec du glycerol ou utilisez un décapant. En suivant ces règles, vous devez éviter de petits ou grands problèmes …

Et quoi faire en cas de tache?

En cas de tache avec de la peinture à la glycérine: enlever l’excès de peinture sur les tissus, les rideaux, les tapis et autres textiles avec un racleur ou un couteau. Une fois l’excès retiré, rincer avec du white spirit.

En cas de tache avec peinture acrylique: enlever également l’excès avec un couteau ou un grattoir, puis nettoyer à l’eau froide avec un peu de savon et frotter avec une brosse à ongles.

Si la peinture est déjà sèche: nettoyez la tache avec un peu d’alcool à brûler avec un chiffon.

 

Piège n ° 2: Mauvaise préparation de la surface avant de peindre

Lorsque vous voulez peindre vos murs, il est tentant de brûler les étapes, et obtenir le plus vite possible le résultat final … Erreur! Parce que si vous ne prenez pas soin de bien préparer la surface à la peinture, vous risquez d’obtenir des murs imparfaits, ce qui laisse apparaître tous les défauts.

Un rappel rapide des étapes à suivre:

Si la surface à peindre est sale (graisse, saleté, nicotine, empreintes digitales …), elle doit être lavée avec un détergent doux dilué dans l’eau, en terminant toujours avec un rinçage avec de l’eau propre et en séchant complètement.

Attention, les murs doivent toujours être lessivés de bas en haut pour éviter les courses sales. Si des fissures sont visibles sur la surface à peindre, elles doivent être ouvertes avec un grattoir triangulaire, puis soigneusement bouché au plâtre et fini avec le ponçage une fois que le plâtre est sec.

Si les fissures sont trop grandes parce qu’elles sont «vivantes» (en raison des variations de matériaux, elles touchent toute l’épaisseur du plâtre ou même le mur), il est possible d’installer une bande en fibre de verre avant la peinture.

Les fissures seront beaucoup plus longues à réapparaître. Soyez prudent, la première couche de peinture appliquée sur un chiffon en verre doit impérativement être une peinture acrylique qui n’endommagera pas le revêtement. Si vous choisissez cette option, évitez les papiers relevés gaufrés et bénéficiez d’un support doux et de plus en plus fiable.

Si la peinture ancienne se détache, retirez la peinture endommagée avec une brosse en métal rigide, puis poncez la surface avec du papier abrasif à grain moyen puis des grains fins.

 

Piège n ° 3: Manque de peinture ou trop de peinture !

Quoi plus ennuyant que d’être en cours de peinture en pleine action ou être obligé de ramener au magasin le pot de 10 litres qui nous reste ? Pour éviter de tels inconvénients, une seule solution: calculer le nombre de litres requis.

Avant d’embarquer, voici quelques règles d’or à respecter:

Même si votre peinture est indiquée en monocouche, pour un résultat magnifique à la hauteur de vos attentes, comptez deux couches de peinture.

En raison du manque d’expérience, on a tendance à surcharger la brosse et à consommer davantage. Voir un peu plus large et compléter les indications données.

Il vaut mieux avoir un pot supplémentaire que de manquer de peinture un dimanche après-midi, apeès avoir commencé votre peinture…

Et pour ceux qui veulent un calcul personnalisé, voici la méthode expliquée: – Mesurer le périmètre de la pièce en soustrayant les ouvertures (portes, fenêtres). – Multiplier par la hauteur sous le toit, diviser par l’efficacité indiquée dans le pot, puis multiplier par le nombre de couches à mettre.

Exemple: ma chambre a un périmètre de (5m + 7m) x 2 = 24m x 2.50m plafond haut = 60m2. Si le rendement par litre indiqué dans le pot est de 12 m2 par litre, divisez 60 par 12 = 5 litres x 2 = 10 litres. Arrondi à 11,5 litres pour le confort.

Le calcul est t’il insurmontable? Armez-vous de votre sourire et présentez les dimensions de votre chambre à un vendeur.

Il va certainement vous aider …

 

Piège n° 4 : Utilisation d’outils inadaptés pour peindre

Des rouleaux trop fins, des brosses qui perdent des poils … Un matériau de mauvaise qualité ou non approprié pour la qualité de la peinture compliquera la tâche.

Vous passerez plus de temps à peindre, le résultat sera irrégulier, il sera impossible de les utiliser une deuxième fois, il y aura sans aucun doute des déversements et des éclaboussures inesthétiques.

Une bonne brosse doit être conique et avoir des poils longs bien fixés sur la poignée, il est préférable de choisir du bois brut (au lieu de plastique ou bois peint) pour une meilleure adhérence. Il est préférable d’utiliser des poils synthétiques lors de la peinture avec une peinture en émulsion aqueuse, appelée peinture à base d’eau.

D’autre part, la laine et la soie naturelle sont recommandées lors de l’utilisation de peinture au solvant, connue sous le nom de glycéro. Encore une fois, n’hésitez pas à demander conseil aux vendeurs spécialisés, qui vous guidera vers les bons produits.

Les rouleaux à poils ras seront réservés aux laques et aux peintures brillantes, les modèles à courte ou moyenne longueur seront parfaits pour le satin et le mate, des anti-gouttes seront à préférer pour les plafonds.

Enfin, un bac suffisamment grand avec une grille drainera le surplus de peinture avant de passer le rouleau. Pour les plinthes et toutes les surfaces planes, il est préférable d’utiliser des brosses plates. D’autre part, il faut utiliser des brosses rondes pour peindre les moulures ou les coins des murs.

En ce qui concerne les radiateurs, dont les coins ne sont pas facilement accessibles, utilisez des brosses spéciales avec coude et une poignée longue.

Dans votre liste d’accessoires pour être un bon peintre, n’oubliez pas de garder à l’esprit: il faut un bon ruban adhésif et en quantité suffisante, une bonne échelle pour ne pas casser la figure et du white spirit et d’autres produits de nettoyage selon la peinture.

 

Piège n° 5 : Commencez sans avoir testé sa peinture

Le choix de la couleur d’une peinture est toujours délicat. Quelle couleur adopter, où le placer, comment l’associer à la pièce et créer l’environnement souhaité?

Toutes ces questions nécessitent une réflexion réelle. Récemment, des simulateurs virtuels et des cartes couleur ont été utilisés pour tester les couleurs.

La représentation est souvent artificielle et loin d’offrir toute la délicatesse des tons et des demi-tons. D’où l’intérêt de vérifier à la maison le ton choisi avec l’aide d’échantillons avant d’entreprendre des travaux majeurs.

Les peintures de qualité telles que Farrow & Ball ou Ressource, et récemment de grands magasins de bricolage tels que Leroy Merlin ou des marques comme Dulux Valentine, offrent à la vente de petits pots de 100 ml appelés «testeurs» qui vous permettent d’avoir une idée très précise de la tonalité souhaitée.

Au lieu d’appliquer le testeur directement au mur ou à la pièce à peindre, il est préférable de tester sur un carton blanc de 50×50 cm et de le placer dans différentes parties de la pièce à différents moments de la journée, y compris la nuit avec la lumière électrique.

Ces tests préliminaires sont essentiels lorsque vous souhaitez appliquer des demi-tons ou des tons légers, qui souffrent plus que des couleurs fortes des influences environnementales et peuvent réellement changer d’apparence en fonction des circonstances.

Il en va de même lorsque vous souhaitez associer deux ou trois couleurs de peinture. Cette précaution peut vous faire gagner du temps et de l’argent.

 

Piège n°6 : Négliger le passage de la “sous-couche”

Si une couche inférieure n’est pas appliquée avant d’appliquer la peinture, la peinture peut ne pas adhérer bien au substrat ou être absorbée par la paroi poreuse qui “égouttera” la peinture et vous devrez multiplier le nombre de couches requises.

Il existe des sous-couches, également appelés «primaire» adaptées à toutes les surfaces pouvant être peintes. Sur les murs: vous pouvez utiliser une peinture peu coûteuse, opter pour une apprêt anti-tâches.

Assurez-vous de suivre les instructions du fabricant pour le temps de séchage. Pour le métal: une couche inférieure doit être utilisée pour protéger contre la corrosion et pour faciliter l’adhérence de la peinture. Si le métal est rouillé, vous trouverez des couches pour peindre sur une telle surface.

Sur les radiateurs: il existe des sous-couches spéciales résistant à la chaleur. Assurez-vous de les appliquer aux radiateurs. En PVC, carreaux, mélamine: vous trouverez des sous-couches réservées aux surfaces lisses, permettant à la peinture de s’accrocher à ces matériaux très spécifiques. Sans cette précaution, la peinture ne peut pas tenir.

Zoom sur: résine époxy. Aujourd’hui, Résinence révolutionne la peinture avec sa gamme de peinture en résine. Cette peinture permet de peindre tous les supports . D’abord, appliquer une couche de peinture (beaucoup de couleurs à choisir), puis une résine qui durcit et devient très dure. Très simple à utiliser, elle est également inodore.

 

Piège n° 7 : Se tromper de peinture : Peinture à l’huile ou à l’eau ?

“La peinture à l’huile est beaucoup plus compliquée, mais c’est beaucoup plus beau que de peindre avec de l’eau” … Le vieux dicton a vécu! Un petit retour sur les différences entre la peinture à l’huile et la peinture à l’eau.

Peinture à l’huile ou glycérine. La peinture à l’huile s’appelle “glycero”. Basé sur des solvants qui facilitent l’application, les peintres apprécient particulièrement leur «résistance à la traction», leur force et leur durabilité. C’est aussi le plus lavable des peintures.

Cependant, il est soumis à de nouvelles réglementations parce qu’elle pollue. Son odeur est forte et tenace et les vapeurs de solvants peuvent être nuisibles. En outre, elle est susceptible de jaunir à mesure qu’elle vieillit et son temps de séchage est assez long entre deux couches.

Peinture à l’eau ou acrylique. La peinture acrylique, connue sous le nom de «peinture à base d’eau», est inodore ou presque et contient peu de solvants organiques nocifs pour l’environnement. Surtout, il existe d’excellents acryliques en termes de rendu et de texture. Facile à appliquer, se propage facilement, sèche rapidement et se tient sur n’importe quel support. Il est lavable et les outils sont nettoyés avec de l’eau.

Son seul défaut: il est moins résistant que son glyphophtalique “rival”.
Et ce n’est pas tout! Le dernier dans le rayon peinture, l’alkyde présente les avantages de la glycérine (résistance et apparence tendue, puissance de couverture élevée) sans inconvénients (pas d’odeur, séchage plus court, pas de jaunissement).

Conseil: Si vous ne choisissez pas une qualité inappropriée, posez-vous les questions suivantes: Les murs seront-ils peints à nouveau? Les personnes sensibles sont-elles susceptibles d’inhaler la peinture? Le travail sera-t-il fait pendant que nous vivons dans ce lieu? Si la réponse aux trois questions est positive, nous allons sans aucun doute opter pour une peinture en émulsion aqueuse.

 

Piège n° 8 : Choisir la mauvaise finition entre mat, satiné et brillant

Matt, satiné, brillant … Facile de s’y perdre parmi ces trois finitions! Et pourtant, il vaut mieux choisir la bonne.

Peintures mates: elles masquent les petites imperfections et sont très branchées, en raison de sa texture en poudre et de sa représentation profonde et sobre. Oui mais…

Ils ne sont généralement que lavables et non lessivables, donc inadaptés aux chambres, aux chambres pour enfants ou aux pièces humides comme la cuisine et la salle de bains.

Peintures ou laques brillants: ils ont le pouvoir d’étendre les espaces en retournant la lumière et sont particulièrement faciles à nettoyer. Mais attention: ne pardonne aucune imperfection du support et aura au moins trois ou quatre couches pour une représentation parfaite. Réservé aux perfectionnistes!

Le satin. Le plus universel de la peinture reste donc le fini satiné, adapté à tous les espaces et à tous les supports.

Reste à choisir entre la peinture lisse et la peinture à effet. Ce dernier, qui était censé être obsolète, connait actuellement un retour. Les fabricants travaillent dans des styles à l’air du temps (patinage, campagne, tadelakt …) qui habillent le mur d’une autre manière sans trop se compliquer la tâche.

La peinture à effet a également un côté pratique. La peinture à fonction vous permet d’avoir une paroi magnétique ou un mur d’ardoise, accrocher des aimants ou écrire de petits mots …

 

Piège n° 9 : Mettez trop de peinture, ou pas assez

Il n’est pas facile de doser de la bonne quantité de peinture lors de la peinture d’un mur, d’un mobilier, d’une porte … Mais si vous mettez trop de peinture sur votre rouleau, vous risquez de faire des sorties ou des projections disgracieuses.

Si, d’autre part, le manchon n’est pas suffisamment chargé, la couche de peinture sera insuffisante, les empreintes des rouleaux seront visibles et la peinture sera sèche trop vite.

Les règles d’or pour le dosage correct de la peinture :

Mélangez bien la peinture avant utilisation, des dépôts plus épais sont toujours formés dans le fond du pot et forment une matière plus dure. Pour ce faire, utilisez un morceau de bois, un bâtonnet ou un “mélangeur”, un outil qui se fixe sur les perceuses électriques.

Tremper le rouleau à mi-hauteur dans la peinture, puis retirer l’excès avec la grille. Utilisez du ruban adhésif avant d’appliquer la peinture pour éviter le débordement. Pour ceux qui ont horreur de ce travail préparatoire, voici un petit conseil maison non vérifié …

Couper un oignon en deux et frotter contre la surface pour ne pas peindre. Il semble que l’oignon a des vertus anti adhérente à la peinture! Assurez-vous que la peinture ne se recueille pas sur les deux extrémités du rouleau.

Si il y a coulure remettez un coup de rouleau pour étaler. Si elle est sèche, il faudra gratter ou poncer et appliquer une nouvelle couche de peinture.

 

Piège n° 10 : Peindre durant de mauvaises conditions Climatiques

Trop chaud, trop froid, trop humide … Et oui, si étrange soit-il, le temps peut avoir un impact sur la performance des peintures.

Attention si vous décidez de repeindre votre intérieur au milieu de l’hiver alors que le chauffage de votre futur appartement n’est pas encore en service! Par temps froid et très humide, la peinture sera difficile à appliquer.

Elle sera collante et le temps de séchage sera plus long. Avec des courants d’air dans un climat venteux, cela donnera l’opportunité à la poussière de s’installer sur la peinture humide.

Que faire si vous prenez vos pinceaux dans la vague de chaleur? Pas terrible non plus, car plus de 30 degrés, le temps de séchage est trop rapide, cela peut avoir un impact négatif sur la durabilité du film.

Enfin, ne pas être négligé: ventilation, surtout si vous utilisez de la peinture glycéro. En fait, les vapeurs libérées par des peintures à base de solvants ne sont pas recommandées pour les femmes enceintes ou les enfants.

Ouvrez les fenêtres et n’hésitez pas, même si vous êtes un adulte, à porter un masque protecteur.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: